Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
François Coulaud

Balade en Cadillac (11)

Traverser le pont George V, à pied, au bras d'une jolie femme, quoi de mieux ?
La Loire tumultueuse, belle, les oiseaux qui jouent à se poursuivre, à piquer dans des sauts hallucinants, à raser l'eau, la tiédeur d'un joyeux soleil de printemps adouci d'un souffle de vent juste frais ce qu'il faut.
Et puis du monde, du monde, du monde...
Une grosse femme à lunettes, tailleur de soie blanche, crinière blonde, micro-caniche hirsute.
Un homme pressé, costume sombre, mallette, téléphone plus-large-que-moi-tu-meurs.
Un jeune type, casquette et tenue de sport bariolées, écouteurs aux oreilles, petit trot léger.
Trois nanas, rigolotes et rigolardes, jupes courtes, colorés, volantes, vestes de jean identiques, collants épais sur des baskets rouges.
Et d'autres...
Un tramway passe dans un grondement, une mouette s'envole dans un cri perçant, une femme s’approche et nous lance.
- Mais ? Vous êtes Annabelle et François, je vous ai reconnus tout de suite. Quelle chance !
Aïe !
Pourquoi nier ?
- Oui, c'est nous. Vous désirez ?
- Vous interviewer, je suis la journaliste spécialiste "Arts et Cultures" de la République du Centre, le quotidien local.
Re-aïe !
- Et comment nous avez-vous trouvés ?
- Facile, je lis vos histoires chaque jour sur votre blog. Vous ne pouviez qu'être là.
Logique.
Du coup, je prends le temps de détailler la Journaliste.
Eh bien ma foi pas mal du tout !
Une blonde platine portant une robe blanche souple, structurée pour mettre en valeur un décolleté plongeant et une taille fine, de longues jambes prolongées de hauts talons noirs, un manteau de fausse fourrure tout aussi noir et des gants assortis.
On la croirait sortie d'une soirée de gala plutôt que faisant du journalisme-trottoir mais, clairement, elle semble savoir à qui elle a affaire.
Je me tourne vers Annabelle.
- On lui accorde son interview ?
Annabelle a un sourire.
- Il faut bien aider la presse régionale.
La journaliste est ravie, il y a de quoi. Je crois que la dernière interview que nous avons accordée, Annabelle et moi, date d'il y a plus d'un an.
- Avant de vous poser ma première question, dit elle en sortant de son sac un bloc électronique à marqueur vocal, je me demande : Nous sommes en pleine période de confinement, alors pourquoi y a-t-il tout ce monde dehors ?
De fait, cela n'arrête pas. Du monde, du monde, du monde...
Et sans masques.
Je me tourne vers Annabelle, lui fait un clin d'oeil.
- C'est simple. Comme je suis le personnage de cette histoire mais que je l'écris en même temps, on s'est dit avec Annabelle, que le confinement ça allait bien. Nous on a envie d'aller dans les magasins, les cafés, les restaurants. Alors on a décidé que dans ce monde-là, le nôtre, le Coronavirus vient de disparaître d'un coup, il n'a même jamais existé et pis c'est tout.  Les artistes sont des magiciens, tout le monde le sait... en tout cas dans leur univers et cet univers, vous en faites partie.
- Vous savez quoi ? J'en suis ravie. Chouette c'est la meilleure nouvelle de la journée..
Vous savez quoi ? Elle a un superbe sourire cette journaliste, et elle dit "Chouette" comme personne.
Heureusement qu'Annabelle n'est pas du genre à être jalouse.
Oups !
 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :