Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
François Coulaud

Balade en Cadillac (14)

Nous marchons sur le quai du châtelet, les grands platanes tremblent au dernier frisson de vent de la journée.
Délicieusement.
A gauche les maisons sages, à droite la Loire, belle, sauvage, avec ses iles ébouriffées.
Un jogger approche dans le martellement de ses chaussures souples, nous laisse au passage un embrun de sueur fraiche. La sonnette d'un vélo, un ronronnement de moteur isolé. Peu de voitures à cette heures de fin d'après-midi.
Voici l'Inex, un bateau restaurant qui reprend la forme des Inexplosibles, ces vapeurs qui tentèrent de créer une liaison entre Nantes et Orléans au début du vingtième siècle.
Un échec. Ce fleuve est trop capricieux et puis les Inexplosibles explosaient trop souvent pour donner confiance aux voyageurs.
- Et où allons-nous dîner ce soir ?
- Que dirais-tu d'aller dans ce restaurant "La Parenthèse" de la place du Châtelet dont je parle dans "La femme à la fenêtre" ?
- Super, depuis que tu as écrit ce texte, j'ai toujours rêvé d'y manger...

Cachée derrière l’énorme bâtiment des halles, la place du Châtelet se donne des allures de bourgade parisienne. Parvis de pierre piétonnier, arbres graciles, colonne Morris aux affiches cinémathèques. D’un bord, de beaux immeubles de pierres blanches, des balcons ouvragés, la terrasse d’un café, large store rouge,  enseigne verte qui proclame sans crainte du mauvais jeu de mots : le centr-halle. De l’autre bord, maisons à colombages, étroites, colorées, boutiques surannées aux vitrines de bois sculpté, restaurants minuscules, variés. On trouve toutes les tables aux alentours depuis la cuisine marocaine jusqu’au terroir le plus français, en passant par tous les fantasmes culinaires même les plus absurdes.

De nouvelles terrasses se sont ouvertes, de nouveaux estaminets ont vu le jour. Marion note avec plaisir que le quartier se porte bien et semble moins dangereux qu’à une époque. Orléans, banlieue éloignée de Paris, a toujours eu des problèmes de délinquance. Son dernier souvenir inquiétant, au sortir du cinéma avec une amie, une bande de joyeux loulous patibulaires qui avaient décidé d’emmerder les deux femmes trop bourgeoises. Maris et voitures non loin, heureusement.

Ce soir, elle se sent rassurée. Quelques promeneurs de chiens, quelques chiens promeneurs d’hommes, quelques couples tranquilles. Son cavalier est discret, disert, restant à distance sans geste déplacé. Elle lui en sait gré.

« La parenthèse », un restaurant qu’elle ne connaissait pas, niché entre le « Havana Café » et un lieu improbable, « l’Eloge du Bio ». Une façade étroite, maison minuscule à trois étages, une carte amusante, la seule terrasse qui ait des plantes vertes. Ils entrent.

La salle est vide, confortable comme un nid. Des nappes blanches, des chaises de bois noir, parquet clair et mur graphite, tentures et objets de décoration subtils. La serveuse a un sourire naturel sans faux-semblants, les odeurs de cuisine sont engageantes. Un endroit où l’on se sent bien dès l’entrée. Ils se choisissent une place nichée au coin de la fenêtre. Son cavalier se carre dos au mur, jette un coup d’œil scrutateur. Elle rit.


– Peur d’une mauvaise surprise ?


– Comme dans « Le bon, la brute et le truand » toujours prêt… à tout.

Elle rit un peu plus fort.

– Allez, racontez-moi plutôt. Pourquoi me sortez-vous comme ça, sans me connaître. Une vieille bourgeoise pas très belle, quand vous pourriez avoir tant de jeunes beautés.
Il devient grave soudain.


– Mais je vous connais mieux que vous ne pouvez l’imaginer. Je vous observe depuis si longtemps sans que vous le sachiez, sans que vous ne m’ayez même aperçu. Il y a des mois que je suis là, proche de vous, que je vous trouve belle, que j’ai envie de sortir avec vous. Des mois que je passe le long de vos fenêtres, que je vous guette dans chaque instant de votre vie. Je sais plus de choses sur vous que vous n’en savez vous-même...

Extrait de la femme à la fenêtre. La suite lundi.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mariam 11/04/2020 14:18

Jolie photo, joli texte, qui donnent envie de se promener le long des quais de la Loire en profitant de ce beau soleil de printemps...