Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
François Coulaud

Quand la presse pue autant que la télévision !

Je viens de lire Le MONDE de ce weekend et je suis tétanisé.
Moi qui avais de l'estime pour ce journal, qui croyais qu'il était écrit par des gens intelligents, comme il a changé.
C'est devenu une poubelle à gros titres, un étron qui provoque l'inquiétude et le mensonge pour mieux vendre du papier.
Ne vous essuyez même pas avec, ça pourrait vous salir les fesses.

Deux exemples parmi ceux qui m'ont le plus scandalisé.

En première page, on nous annonce :
"Brésil. Tandis que Bolsonaro reste dans le déni, le pays enterre dans des fosses communes".
Le titre de l'article en page 5 :
Au Brésil, nous sommes à la limite de la barbarie".
Le début :
"Au Brésil, partout ou presque, on creuse. Des trous, des fosses par milliers. A la pelle et à la pioche quand on dispose d'un peu de temps. Au tractopelle et à l'engin de chantier, quand on en manque. Pas pour planter du café ou trouver du pétrole comme avant. Au Brésil aujourd'hui, on creuse des trous pour enterrer des corps".

Si ce n'est pas du Média racoleur, qu'est-ce que c'est ?
Car, article lu, j'ai découvert avec stupeur qu'en fait il y a actuellement au Brésil 3313 victimes pour une population de 209 millions d'habitants, soit trois fois la notre, et qu'il y a 409 morts de plus chaque jour ce qui est moins qu'en France.
Bon, on me dit que les chiffres sont bidonnés, et qu'en fait ils sont 15000 à être morts. OK, c'est moins que chez nous quand même.
En clair, ils se débrouillent mieux au Brésil que chez nous.

Alors si ce n'est pas de la désinformation pour faire du papier de merde, qu'est-ce que c'est ?

Mais l'article qui suit est encore plus pourri.
Son titre :
La menace d'une tragédie sanitaire continue de planer sur le Venezuela.
Ah bon !
On panique. Pas vous ?
Et vous savez quoi, c'est une "menace" en effet d'une portée abyssale, puisqu'ils ont 288 cas de Covid 19 et 10 décès pour une population de 28 millions d'habitants et ce grâce à des mesures de confinement particulièrement réussies.
La Tragédie Sanitaire m'a l'air en effet particulièrement dramatique.
C'est simple, on aimerait la même chez nous.

Comme tout le journal (lisez-le si vous ne me croyez pas) est du même tonneau, je l'ai pris délicatement entre deux doigts pour ne pas me salir et l'ai posé au fond du jardin.
Va savoir, peut-être que comme engrais ça marche.
Mais à mon avis, vu le style, ça doit tuer les tomates et favoriser les pucerons.

Alors, en guise de dédicace posthume :
Adieu Monsieur Le MONDE, je t'aimais bien tu sais... quand tu étais encore vivant.

Et en guise de moralité :
Quand la presse est achetée par les magnats de l'industrie, c'est que la démocratie va mal.

Et ça, ça fait vraiment peur.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article