Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
François Coulaud

Balade en Cadillac (23)

Marcher dans une rue de Blois au bras d'Annabelle, c'est descendre une pente de bobsleighs à pleine vitesse.
Les regards, les passants qui se retournent, qui parfois se bloquent et, quand vous regardez en arrière, leurs yeux toujours écarquillés, leurs bouches ouvertes.
Mais c'est aussi sentir l'arrondi de son épaule sous mon bras, la douceur de son flanc contre le mien.
Marcher où que ce soit avec Annabelle, c'est une aventure.
Et j'aime ça.
D'autant que pour notre balade à Blois, artistiquement, dans la voiture, en un striptease coquin et sensuel, elle s'est changée pour une tenue de printemps, de soleil, de vacances, à damner un saint, a fortiori moi et la moitié de l'Univers.
Masculine bien entendu.
Une robe rouge, fluide, un décolleté sage et d'autant plus suggestif, des manches évasées, de courts gants noirs s’arrêtant aux poignets, hautes chaussures à talons fins, petit chapeau noir, voilette.
Vintage.
Nous revenons vers le centre, passons les escaliers Denis Papin sur notre gauche.
Un rapide regard sur la vue.
Nous descendons la rue Saint Honoré, la très belle rue piétonne.
Elle commence par de somptueuses demeures de pierres blanches de tufeau de Touraine.
C'est ensuite la librairie Labbé, immense, sur quatre niveaux, qui annonce les magasins clairs, les vitrines chatoyantes, l'animation boutiquière et gaie qui va suivre.
Bijoutiers, vêtements, pâtissier-chocolatier, chausseurs, parfumeurs, rien ne manque. Blois vit bien d'une bourgeoisie qui a les moyens et d'un tourisme nombreux et culturel. De mi juin à fin août, c'est une ville où l'on ne circule pas en voiture. L'embouteillage est constant.
Il est encore tôt dans l'année, mais en traversant la rue Denis Papin, il nous faut attendre quand même.
J'avise le magasin "Un Deux Trois" juste à côté de "Caroll", deux enseignes que j'apprécie.
Il faut dire que je suis un homme qui aime emmener sa femme faire les boutiques, qui adore la voir essayer, se changer, repartir avec une nouvelle tenue qu'on étrennera les jours suivants.
Vêtements, sous-vêtements, chaussures, tout me va, j'y reste des heures.
Avantage supplémentaire d'être un des rares mâles à apprécier ce sport, je suis souvent convié à donner des conseils à d'autres femmes que leur conjoint, amant ou mari, a abandonnée dans cette... corvée.
Admirable, admiratif, je complimente, argumente, préfère tel modèle à tel autre, incite à abandonner celui-là qui serait trop vulgaire ou trop coincé, pour celui-ci qui vous va comme un gant et vous met vraiment en valeur.
Précis, compétent, charmant, comme à mon habitude.
Elles apprécient, me remercient.
Plaisir double, triple, multiple.
De très bons moments.
- On se fait une boutique ou deux ?
- Un autre jour, je voudrais aller voir le château.
- Ah ! Si tu veux t'encanailler avec les rois, je ne suis plus de taille.
La place Louis XII, une belle esplanade bordée d'arcades, ombragée d'immenses platanes, agrémentée de larges terrasses de café, et puis, surprenant, un restant de mur massif datant du moyen-âge; posé là, comme abandonné. Qu'était-ce ? Quel vestige de quel monument ? Je ne l'ai jamais su.
Il doit y avoir une plaque mais je ne sais pas lire.
Une nouvelle volée de marches à escalader pour aboutir au château, tout aussi escarpée que les escaliers Denis Papin.
Haut les cœurs, vive le sport, nous voilà parti pour l'ascension.
Car Blois est une ville qui grimpe sans trêve, qui descend sans cesse, de rues délicates aux façades claires, de larges places aux arbres verts, puis, soudain, un jaillissement d'escaliers, une ruelle escarpée ouvre sur un paysage superbe. Vous voilà dominant la Loire, ses îles verdoyantes, sa vallée qui fuit jusqu'à l'horizon.
Je suis Annabelle dans son ascension car il faut toujours suivre une femme qui monte.
Vous ne le saviez pas ?
Question de sécurité.
Si elle ratait une marche.
Mais... euh...  question de perspectives aussi.
Et moi, gribouilleur, grafouilleur, griffonneur, question perspectives, je me pose un peu là !

Photo du haut : Idda van Munster
 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article