Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
François Coulaud

Cinéma… toc

‒ Tu sais que tu ressembles prodigieusement à Carole Bouquet ce matin. J’adore Carole Bouquet.

Elle tourne la tête, l’observe, l’œil froid.

Allongé sur le lit, dans la fausse pause décontractée qui l’avantage, il est plutôt beau gosse, on ne peut pas dire. Ventre plat, jambes musclées, bras souples, gueule d’ange, vingt ans et con comme une valise.

‒ La semaine dernière, je ressemblais à Cyd Charisse, il y a deux jours c’était Lauren Bacall, hier Grace Kelly et maintenant Carole Bouquet.

‒ Que des stars, et de quelle classe !

Il arbore ce sourire fat qu’elle ne supporte déjà plus après à peine quinze jours.

‒ Et, sais tu seulement comment je m’appelle… vraiment.

‒ Mais oui… évidemment... euh...

Elle laisse planer le silence une demi-seconde puis presse le bouton.

‒ Charles ?

Charles est toujours ultra rapide dans ces moments là. Il doit la connaître et se douter de l’instant précis où elle craquera. Elle entend le zigoto lancer un « Vous savez que vous ressemblez à Depardieu ? », avant de se faire baquer avec ses affaires dans l’escalier puis dans la rue.

Au moins cette fois, il est habillé, pas comme le précédent qui a été viré en slip. Les voisins jaseront moins.

Lorsque Charles revient, elle le regarde. Ce n’est pas faux qu’il a de faux airs.

Il grimace.

‒ Un conseil, arrête avec les copies de Richard Gere, ils sont vraiment trop crétins.

‒ Oui, je sais. Je me suis d’ailleurs trouvé un petit Pierre Niney charmant dont tu me diras des nouvelles.

‒ Bien, la jeune génération, il n’y a que ça de vrai

‒ Il faut aider les jeunes, tu sais combien j’aime le cinéma.

‒ Je sais.

Et il l’emporte sur le lit.

Finalement, c’est plutôt à Yul Brynner qu’il ressemble.

 

Photo : Nina de Lianin

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article