Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
François Coulaud

Déclic

Alice, Heather et Diana marchent d’un pas décidé sur les quais de Seine.
Un clin d’œil à la Tour-Eiffel.
Alice est ravie de cette jupe jaune qu’elle n’a achetée que pour cet instant. Elle est un peu « too much » sans doute, mais l’admiration des passants lui renvoie le sourire de ses vingt ans.
Et puis, c’est pour ça que l’on va à l’étranger, pour cette minute de liberté, ces quelques instants passés à capter le soleil sur un morceau de tissu, attraper un regard, se permettre des extravagances légères.
Diana ajuste son chemisier blanc d’un geste précis, observe cette pointe de métal dressée au ciel. Comment a-t-on pu imaginer d’édifier un engin pareil ?
Fallait-il que ce Monsieur Eiffel soit dément pour seulement l’envisager !
Il est aussi l’inventeur du porte-jarretelles dit-on.  Fou et un peu coquin ?
Logique.
D’Eiffel à Charles, du porte-jarretelles à son amant si encombrant, il n’y a qu’un pas supplémentaire qu’elle franchit avec vigueur. De belles vacances sans ce bellâtre malsain, resté outre-manche avec son chapeau, ses moustaches, ses tasses de thé, son flegme imbécile.
Elle le jettera dès son retour.
Dans la manche, pourquoi pas !
Il n’aura qu’à nager pour voir Paris.

Amusant.
Heather reste un peu en arrière, pense à ce jeune gars qui lui fait du plat depuis deux jours.
Il a du courage. Pas facile quand on ne parle pas anglais, pas facile quand on ne sait répondre que « Bônjour » et « Ôh Reuvoâr ».
Mais il s’accroche.
Alors, ce soir, c’est décidé, elle se laisse embrasser et puis… on verra bien.
Ces français !
Bon, il faudra le tenir quand même. Pas de problème, elle sait faire depuis son voyage en Italie.
Elle rit silencieusement de son culot, de sa jeunesse, de la vie.
Alice, Heather et Diana s’envolent sur les quais de seine sans remarquer le photographe.
Clic.
Elles ne le sauront jamais.
Comme elles ne sauront jamais, qu’un jour, bien plus tard, un type écrira ce morceau de texte.
Alice, Heather,  Diana, comme vos vacances étaient belles ce jour-là !
Et comme vous étiez jolies !
Sans masques.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article